Agenda du mois

Demande d'information

Besoin de brochure ou une simple adresse?

+32 (0) 4 374.85.55

Newsletter
Ok

Sites naturels



Le patrimoine naturel de la région se diversifie au gré du relief, du sous-sol et de la vallée de la Meuse. Ici, les paysages se déclinent avec harmonie, chaque endroit, chaque saison mérite un regard. Dans cette diversité paysagère se déploient des villages aérés et verdoyants.La Meuse, le Canal Albert, la Montagne Saint-Pierre, et la Julienne, sont parmi les exemples les plus représentatifs d’une région à la nature généreuse et variée.

(1/2)     
page suivante >>     

LA MEUSE
La Meuse, large de 1500 m à la sortie de Liège, la plaine alluviale de la Meuse s’amplifie jusqu’à 2 km au nord d’Oupeye. Les versants sont localement très abrupts. C’est dans cette plaine qu’a été construit le canal Albert, voie d’eau artificielle destinée à la navigation.

   
Lorsqu’elle quitte Liège, la « Basse-Meuse » coule dans une plaine alluviale très large dans laquelle elle a déposé des alluvions graveleuses (10 à 12 mètres d’épaisseur) et sablo-limoneuses. Les sols de la vallée sont classés parmi les plus fertiles : les vergers (pommiers, pruniers et principalement cerisiers) étaient réputés pour la précocité de leurs fruits.


Mais ces caractéristiques et richesses naturelles ont été altérées au fil du temps (canal Albert, activités industrielles, urbanisation, gravières, …).
Cependant, à l’échelle internationale, la vallée de la Basse-Meuse est un couloir de migration de première importance offrant relais migratoires et/ou lieux de nidification.

LE CANAL ALBERT
Le Canal Albert, voie d’eau artificielle destinée à la navigation et construite dans la plaine de la Meuse, a été inauguré en 1939. Long de 129 km, il relie Liège à Anvers et à la liaison Escaut-Rhin. Il compte 6 écluses. Inscrit dans la politique de grandes réalisations à mettre en œuvre après la Première Guerre Mondiale, les travaux de construction du canal débutèrent peu avant 1930. Le Canal Albert fut inauguré en grande pompe le 30 juillet 1939 à l’occasion de l’Exposition internationale de l’Eau qui s’est tenue à Liège du 20 mai au 31 août 1939. Construit à l’origine avec un gabarit de 2000 tonnes, il a été élargi en 1997 pour permettre le passage de bateaux de 9000 tonnes. Avec un trafic annuel de plus de 30 millions de tonnes, il porte à lui seul de 30 à 40% de l’ensemble des trafics fluviaux annuels belges. Les zones portuaires situées le long du Canal Albert sont gérées, en majorité, par le Port Autonome de Liège qui occupe, avec ses 20.864.198 tonnes, la seconde place européenne devant Duisburg et derrière Paris.

LA MONTAGNE ST-PIERRE
La Montagne Saint-Pierre s'étend entre les basses vallées du Geer et de la Meuse, au nord de Visé. Ce massif est constitué principalement de sédiments accumulés au fond de la mer qui recouvrait la région. Il y a quelques 78 à 65 millions d'années.

La "Montagne" renferme d'innombrables fossiles de mollusques, d'oursins ou de crustacés.
La découverte de remarquables restes de grands reptiles marins a doté l'endroit d'une renommée internationale. C'est en effet des flancs de la colline que fut extrait, en 1780, le premier crâne d'un mosasaure, un reptile de près de 15 mètres de longueur, aux mâchoires impressionnantes et s'apparentant, de loin, aux varans. On en exhuma aussi des restes de grandes tortues de mer. Mais la "Montagne Saint-Pierre" revêt surtout un intérêt biologique remarquable, car elle réunit des conditions de climat et de sols tout à fait exceptionnels qui permettent à des végétaux et des animaux à caractère méridional de survivre dans notre région.
   


La flore offre, par exemple, une grande variété d'orchidées très rares, alors que la faune se singularise par la présence d'une multitude d'insectes rares, de rapaces tant diurnes que nocturnes ou encore de 14 espèces différentes de chauves-souris qui profitent pour leur hibernation des galeries souterraines existantes.

   
Les pratiques agropastorales ancestrales sur les versants crayeux ont modelé un couvert végétal particulier, les pelouses sèches, dont la biodiversité est exceptionnelle. En territoire Visétois, une part significative de la " Montagne Saint-Pierre " bénéficie désormais du statut de réserve naturelle.

La réserve naturelle agréée de Visé, créée en 1979 à l'initiative de l'association Réserves Naturelles RNOB et de la Ville de Visé, englobe les flancs mosans de la colline (40 ha); tandis que la réserve naturelle domaniale de Lanaye (10 ha) préserve une fraction remarquable de la plaine alluviale, au pied du versant. La gestion pratiquée dans ces réserves, en particulier le pâturage ovin extensif, permet de conserver les précieuses pelouses et la cohorte d'espèces vulnérables dont elle constitue l'habitat exclusif.

(1/2)     
page suivante >>